Refaire le monde

Modérateur: yann

Refaire le monde

Messagepar yann sur Lun 28 Avr 2008 15:33

Refaire le monde


Disons-le tout net : il n’existe pas de fatalité à la domination de l’Amérique – celle du nord – ni aux orientations qu’elle donne à la « gouvernance » de la planète. Seule la résignation fait la part belle au statu quo ante. Déjà la résistance s’organise. La lutte sera longue qui accouchera d’un autre monde. Pourtant, doucement et presque imperceptiblement, il se dessine par petites touches, par petites taches qui maculent l’habit du monde installé et soudain vieillissant.
On a cru un moment à la volonté des pays d’Amérique latine de se doter de structures communes destinées à organiser un espace régional intégré pouvant résister à la pieuvre nord-américaine. Le Mercosur, marché commun comprenant le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay auxquels aurait pu se joindre le Chili, n’a toujours pas sérieusement pris corps. Les dirigeants de ces pays ne cessent de se répandre en ambitieuses déclarations concernant cet objectif et s’empressent de ne prendre aucune mesure pour l’atteindre vraiment. Au train où vont les choses, un autre projet, dont la cheville ouvrière est le tandem Etats-Unis/Canada, pourrait voir rapidement le jour. En avril prochain, à Québec, se tiendra le Sommet des Amériques regroupant tous les états des deux Amériques – un grand absent, Cuba – qui plancheront sur la création de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA). Un grand marché « libre » courrant de l’Alaska à la Terre de Feu. Triste promesse !
L’envie nous prend de pasticher le vieux slogan soixante-huitard et de crier : « Sous le marché, les peuples ! » Justement, ces peuples commencent à s’organiser contre les manigances des dirigeants politiques et des états-majors des firmes transnationales. Parallèlement au Sommet des Amériques se déroulera, également à Québec, le Sommet des peuples des Amériques, cette fois avec Cuba, où de nombreuses ONG envisageront pour l’avenir d’autres formes de développement que celle du marché tout-puissant. Cela pourrait faire du bruit. Peut-être plus qu’à Seattle ! Et cela d’autant plus que les Québécois semblent avoir pris conscience de l’ampleur des dégâts qu’occasionnent l’exploitation de ressources locales au profit d’un marché toujours plus vaste. Dans la Belle province, le film de Richard Desjardins, L’erreur boréale, a suscité une émotion empreinte de colère comme peut-être aucune œuvre cinématographique ou littéraire n’avait pu le faire auparavant. L’auteur y dénonce la destruction de la forêt boréale livrée aux appétits des grandes compagnies américaines de l’industrie du bois. Une catastrophe écologique de plus !
Partout se créent des foyers de résistances contre la mondialisation telle qu’elle se fait. Ce qui manque à toutes ses offensives, pour l’instant trop dispersées, c’est une structuration mondialisée à l’échelle de l’adversaire, le néolibéralisme planétaire. On progresse doucement dans ce sens. Le Forum social mondial qui s’est tenu, fin janvier à Porto Alegre au Brésil, en réponse pertinente au Forum économique de Davos, en Suisse témoigne de cette volonté de fédérer des mouvements aux visées communes. Plus de dix mille personnes ont participé aux multiples ateliers de réflexion sous l’égide du slogan officiel de la première véritable contre-offensive de ce qui pourrait vite devenir une internationale citoyenne : « Um outro mundo é possivel » (1).L’enthousiasme et la bonne humeur des militants réunis sur le campus de l’Université Catholique tranchaient cruellement avec le déploiement des forces de sécurité destiné à protéger les débats des puissants de la planète enfermés à Davos. Le choix de Porto Alegre pour la tenue de ce premier forum social mondial ne doit rien au hasard. Capitale du Rio Grande do Sul, cette ville dirigée depuis 1989 par le Parti des Travailleurs (PT) est le théâtre d’une expérience de démocratie participative des plus instructives. L’une des conclusions fortes du Forum est la déclaration signée par des parlementaires du monde entier et réclamant l’effacement de la dette des pays du sud, l’instauration de la taxe Tobin sur les transactions financières internationales, une réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Chaque citoyen pourra, dès l’an prochain en France, demander aux candidats s’affrontant pour les élections législatives de s’engager sur les termes de cette déclaration adoptée à Porto Alegre.

L’opposition qui devrait être demain plus pressante car mieux organisée inquiète désormais. Le Forum de Davos était protégé par l’armée qui lors de l’édition 2000 dudit forum avait déjà durement réprimé une manifestation d’opposants à ce que représente les élites mondiales réunies sur « la montagne magique » (2). Bientôt, la force deviendra militaro-policière. L’angélisme ne sera pas de mise : les maîtres du Monde, les 350 personnes qui maîtrisent désormais la moitié des revenus de la planète, ne se laisseront pas dépouiller sans réagir sauvagement. L’Histoire repart après que d’aucun , un peu hâtivement, l’ait cru finie. L’Histoire est morte, vive l’Histoire !

Yann Fiévet
Février 2001


1 – Un autre monde est possible.
2 – Le célèbre roman de Thomas Mann a pour décor un sanatorium en ces mêmes lieux.
yann
 
Messages: 312
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2001

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron