Science sans conscience…

Modérateur: yann

Science sans conscience…

Messagepar yann sur Dim 29 Mar 2009 17:03

Science sans conscience…

La mondialisation débridée des vingt-cinq dernières années à laquelle la crise actuelle pourrait paradoxalement donner plus de vigueur encore est le terrain privilégié de la science vendue aux marchands. Sous le prétexte du coût très élevé de la recherche, des montages financiers complexes et des partenariats public-privé (PPP) équivoques naissent aux quatre coins de la science qui peu à peu y perd son âme. Quand de nombreuses « avancées » de la science marchandisée insécurisent notre environnement, les citoyens devraient s’organiser autour des « lanceurs d’alerte » afin de répondre à la maxime des marchands : science avec conscience n’est que ruine du profit.

Le domaine des biotechnologies est probablement le champ le plus vaste de ces grandes manœuvres qui redéfinissent aujourd’hui les principes internes de la science et sa place dans la société. Afin de faire accepter par le corps social – majoritairement entretenu dans l’ignorance de la chose scientifique – les bouleversements à l’œuvre, un rideau d’évidences est dressé qui dissimule les vrais desseins des acteurs en présence. Ainsi proclame-t-on que, dans le monde de demain, la recherche publique ne sera qu’un élément d’un ensemble favorisant l’émergence d’une synergie d’intérêts multiples bien compris. Ainsi nous dit-on encore que de nombreuses solutions – si ce n’est toutes – des grands problèmes de notre temps sont d’ores et déjà contenues potentiellement dans les avancées des biotechnologies, des nanotechnologies, de la physique nucléaire, de la « chimie verte » ou de la biologie synthétique. Les chercheurs prudents quant à ces bienfaits supposés ne semblent plus être majoritaires. Que dire alors de ceux qui s’alarment de réels dangers que pourrait nous faire courir la mise en circulation, sans vérification véritable de leur toxicité éventuelle, des substances nouvelles innombrables ? La mise en sourdine de la conscience du chercheur persuadé de faire le bien de l’Humanité paraît atteindre son comble avec la « révolution génétique ». Avec la marchandisation de toutes les formes du vivant, le respect de l’intérêt général et de l’ordonnancement millénaire de la nature sont priés de s’effacer devant les appétits démesurés des magnats de la Finance et l’insouciance d’apprentis sorciers en mal de gloire médiatique.

La biologie synthétique – encore appelée systémique – fait désormais l’objet d’intenses recherches et de conséquents investissements. Jusqu’à présent, le génie génétique consistait essentiellement à reconnaître les gènes dans un génome, à les séquencer et à procéder à d’assez frustes « mécaniques » par « couper-coller ». Aujourd’hui, des chercheurs passent de la lecture du code génétique aux premiers stades de sa réécriture. Ils fabriquent de l’ADN, lettre par lettre et commencent à écrire des phrases avec des lettres inconnues de la nature. Nous assistons à la naissance de nouveaux « systèmes génétiques ». En 2007, John Craig Venter, le « sulfureux » biologiste et homme d’affaires américain, a fabriqué un chromosome artificiel de synthèse grâce à un matériel génétique minimal, en quelque sorte un génome synthétique nommé « Micro plasma Laboratorium », organisme qui doit servir de réceptacle à du matériel génétique synthétisé sur mesure afin d’accomplir certaines tâches telle la fabrication de médicaments ou de pesticides.

Nous voyons se contracter des alliances « curieuses » impliquant des start-up de la biologie synthétique et les plus puissantes firmes de la planète comme les géants du pétrole, de la chimie, de l’agro-alimentaire, de « big pharma », de l’automobile, de la sylviculture… D’une part, Iogen, Solazym, Synthtic Genomics, Metabolix, Genecor ou encore Celera Genomics Fondée par John Craig Venter lui-même. D’autre part, Archer Daniels Midland, DuPont de Nemours, British Petroleum, Shell, General Motors, etc. Les promesses miraculeuses liées à ces mariages a priori contre nature propulsent les intérêts financiers de ces firmes au-dessus de la nécessaire protection des salariés, des citoyens et de leur environnement. Puisque désormais le séquençage et le stockage des échantillons biologiques sont réalisés numériquement, ils voyageront en temps réel vers les laboratoires des firmes industrielles des quatre coins du globe disposant des brevets pour contrôler la biodiversité et l’agriculture.

Dans les pays ayant industrialisé leur agriculture la biodiversité cultivée dans les champs a déjà disparu. Les banques de gènes, de plus en plus souvent privatisées, offrent un accès chaque jour plus restreint aux agriculteurs. Toutes les firmes qui souhaitent compter dans la révolution génétique possèdent leurs propres banques de gènes construites grâce à leur facilité d’accès aux banques de semences publiques. En France, le Bureau des ressources génétiques (BRG) a été absorbé par une Fondation de droit privé (Fondation pour la Recherche sur la biodiversité) ouverte aux fondateurs publics – INRA, CNRS, Muséum national d’histoire naturelle, CIRAD… – mais aussi aux intérêts privés tels Limagrain, L’Oréal, LVMH, Total, le Medef.. Ces derniers siégeant d’office au Conseil d’administration, ils seront demain, sans efforts, majoritaires au nom de « l’efficacité gestionnaire ».

La « nouvelle frontière » du capitalisme que représente le saut dans l’inconnu de la fabrication de systèmes génétiques nouveaux est pour le moins inquiétante. La menace de la vulgaire marchandisation du vivant n’est déjà plus qu’un souvenir. Voilà que pointe la crainte justifiée d’un univers synthétique façonné par quelques monstres industriels s’attachant les services serviles de scientifiques immoraux. Le patrimoine fabuleux que constituait la biodiversité aura définitivement cessé d’être le bien commun de l’Humanité pour être remplacé par une gamme restreinte de variétés artificielles protégées par des brevets onéreux. Les citoyens et les chercheurs intègres doivent s’unir maintenant pour résister à l’ultime soumission annoncée.

Yann Fiévet
Mars 2009
yann
 
Messages: 317
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2009

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron