Mettre le répit à profit

Modérateur: yann

Mettre le répit à profit

Messagepar yann sur Jeu 8 Juil 2021 12:13

Mettre le répit à profit


La vie politique est marquée par des tendances longues et lourdes que viennent interrompre de temps à autres des évènements inattendus interprétés tantôt comme des ruptures véritables tantôt comme de simples répits. Les dernières élections régionales et départementales en France sont l’un de ces évènements dont l’interprétation des résultats a offert illico l’occasion d’une funeste méprise. En l’occurrence la surprise ne réside évidemment pas dans le taux d’abstention – certes record – tant nous avons fini par nous habituer à son inéluctable progression. Deux électeurs sur trois ont boudé les urnes de ce scrutin. Pas de rupture donc dans la poursuite du désintérêt pour la consultation électorale. En revanche, ce sont les résultats des divers camps en présence qui autorisent d’audacieuses interprétations dans lesquelles les tendances lourdes de la vie politique semblent être oubliées par maints observateurs.

Une fois encore la réalité issue des urnes a détrompé les sondages d’avant scrutin. On y constate la déroute du Rassemblement National qui devait l’emporter au premier tour des Régionales dans plusieurs régions, avait-on proclamé par avance. Ce ne fut le cas qu’en PACA et le RN ne gagne finalement aucune région. Le deuxième enseignement du scrutin est l’inexistence de « la République en marche » - qui porte ainsi fort mal son nom - mais ceci ne constitue franchement pas une surprise tant les troupes de Jupiter sont fort clairsemées dans l’ensemble de l’hexagone. Le troisième enseignement du scrutin est la relative bonne tenue de la Droite et des divers courants de la Gauche – auxquels on associe les écologistes - après leur mémorable déroute de 2017. Alors l’audace saisit les observateurs béats à dix mois d’une nouvelle élection présidentielle : et si ce scrutin, certes local, n’était qu’une préfiguration de ce qui se passera en avril prochain… Le duel Macron-Marine qui nous est promis depuis si longtemps comme une répétition de mai 2017 pourrait finalement ne pas avoir lieu l’année prochaine. Il y aurait donc un répit à mettre à profit au cours des dix mois à venir pour démentir l’ancienne prédiction.

L’illusionnisme est ainsi à son comble . Qui peut sérieusement croire que la Gauche va réussir en quelques mois à trouver subitement les moyens – et les idées – lui permettant de fonder l’indispensable unité lui permettant d’espérer jouer un rôle majeur dans la prochaine course à l’Elysée ? Qui peut croire que Les Républicains vont se trouver rapidement le leader charismatique qu’ils cherchent en vain depuis des années ? Quelques barons de la Droite, bien implantés localement, l’ont certes emporté haut-la-main aux Régionales et rêvent de se voir propulsés l’an prochain dans le grand bain de la Présidentielle. Xavier Bertrand semble à ce titre pouvoir tenir la corde avec un discours offensif à défaut d’être novateur. Jugeons-en ! Il ne veut plus d’autres éoliennes dans les Hauts-de-France : « trop c’est trop ! » En revanche il y accueillerait volontiers des réacteurs nucléaires : « une source d’énergie vraiment décarbonée. » Il entend s’appuyer sur les chasseurs car ils sont «de vrais acteurs de la défense de la nature ». Un tel programme est tellement alléchant que les citoyens sont forcément d’ores-et-déjà impatients de pouvoir sortir l’an prochain de leur mutisme électoral. D’autant que Gérald Darmanin, groupie en chef autoproclamé, saura ajouter à ce formidable canevas le volet sécuritaire qui conviendra pour attirer les voix d’extrême-droite. Face à une Gauche éclatée et une Droite sans imagination, Emmanuel Macron, dont paradoxalement la cote remonte actuellement, n’a pas trop de souci à se faire. Lui aussi va mettre le répit à profit en utilisant toutes les grosses ficelles de la Communication, domaine où il excelle solitairement avec le plus de brio.

Les vainqueurs des Régionale l’ont partout emporté avec une toute petite fraction de l’électorat. Pas de quoi pavoiser. La grande illusion tient alors dans l’espoir de faire baisser significativement le taux d’abstention à brève échéance. C’est ignorer que l’abstention est devenue structurelle. Si elle est le signe d’un incontestable désintérêt pour la « chose électorale », elle ne signifie pas pour autant un manque d’intérêt pour la « chose politique ». C’est précisément parce que la politique est chose importante qu’il n’est plus question pour nombre d’électeurs potentiels de voter pour des candidats dont les partis ne font plus vraiment de politique depuis trop longtemps. Huit jeunes de 18 à 24 ans sur dix n’ont pas voté à ce scrutin. Ils préfèrent exprimer leur mobilisation politique par d’autres moyens et canaux contrairement aux « anciens » qui continuent de voter par habitude et dont l’implication politique se limite souvent à ce geste rituel. Les moins favorisés ont sans doute décroché les premiers. Sur les bords de la Loire, à Montoir-de-Bretagne, Trignac, Donges, Saint-Nazaire l’absention a oscillé entre 75 et 77% ! Dans l’ensemble de ces vieux bastions ouvriers, berceau de l’anarcho-syndicalisme, le désarroi est total. Précisons que ce n’est pas là que l’extrême-droite fait - et fera demain - ses meilleurs scores , loin s’en faut. Pour reconquérir cet électorat-là – en admettant que ce soit possible – il faudra beaucoup d’efforts qui ne sont pas à ce jour dans les cartons.

Le répit est tristement illusoire. Tout reste en place, contrairement à quelques apparences trompeuses, pour que l’accident puisse se produire en avril 2022. Un accident par défaut puisque tous les candidats des partis qui comptent un tant soit peu seront persuadés de pouvoir arracher la meilleure part du tiers votant. Durant dix mois l’on va ainsi continuer de jouer avec le feu. Et, à ce jeu-là l’extrême-droite est toujours bien placée.


Yann Fiévet
Juin 2021
yann
 
Messages: 334
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2021

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron