Jupiter est-il vraiment sain d’esprit ?

Modérateur: yann

Jupiter est-il vraiment sain d’esprit ?

Messagepar yann sur Lun 13 Fév 2023 14:54

Une mise en garde s’impose d’emblée : nous allons ici être quelque peu irrévérencieux à l’encontre du Président de la République française. Cela nous est sans doute déjà arrivé, du reste comme envers ces illustres prédécesseurs avec un soin très attentif pour Nicolas Sarkozy au temps glorieux de son firmament. Il va être question cette fois de santé mentale, évidemment dans le cadre particulier d’une éminente fonction, celle du chef d’un Etat démocratique qui laisse à son dirigeant suprême des coudées excessivement franches. Ces dernières semaines nous ont apporté leur lot de faits on ne peut plus troublants quant à l’exercice de la fonction présidentielle dans notre pays. Cela ne devrait pas manquer de nous inquiéter.

Si Emmanuel Macron était un homme ordinaire la question que nous allons soulever ici ne se poserait tout simplement pas . En effet, dans l’absolu Emmanuel Macron n’est pas fou, son état mental ne relève, pour ce que nous pouvons en connaître, d’aucune des pathologies psychiatriques répertoriées et traitées par le corps médical. Ainsi, on pourrait appliquer à Emmanuel Macron, un homme parmi d’autres, les expressions « un esprit sain dans un corps sain » ou « sain de corps et d’esprit ». Alors, où est donc le problème ? Et bien voici : Emmanuel Macron n’est pas actuellement un citoyen ordinaire. Il est Président de la République ! La question qui nous occupe doit donc être de ce fait posée de façon non pas absolue mais relative. Elle doit ainsi être envisagée relativement aux lourdes charges qu’implique l’exerciice de la fonction extraordinaire dont il a à s’acquitter au quotidien. La Constitution de la Vème République donne à l’hôte de l’Elysée des pouvoirs très étendus dont aucun de ses homologues européens peut s’enorgueillir. De surcroît, par un exercice solitaire assumé de la fonction présidentielle Emmanuel Macron a encore accentué le caractère exorbitant de son pouvoir. Il est donc légitime, dans ces conditions exceptionnelles, d’interroger la capacité du Président de remplir avec sérénité, discernement et distance critique ce fardeau inhabituel.

Voici donc ce qui nous trouble dans le comportement déconcertant de Jupiter ces derniers mois sans que cela n’occulte les multiples incongruités intervenues au cours de son premier quinquennat. Emmanuel Macron nous a habitués à changer souvent d’avis au point même de surprendre le cercle de ses fidèles lieutenants. L’inconstance n’est certes pas une pathologie mais s’agissant d’un Président de la République la chose peut confiner à l’indécision maladive et au manque de clairvoyance. En décembre dernier, Emmanuel Macron s’est rendu à deux reprises à Doha, capitale du Qatar, pour assister, à quelques jours d’intervalle, à des… matches de football. Certes il s’agissait de la Coupe du Monde et l’ équipe de France était à chaque fois l’une des deux équipes sur le terrain. Signalons, pour commencer, qu’aucun autres chef d’Etat ou de Gouvernement des huit pays en lice à partir des quarts de finale de la si grandiose compétition n’a fait le déplacement, pas même le Président de l’Argentine où le football est pourtant une quasi religion. Rappelons ensuite que notre Président avait déclaré face aux vives critiques entourant les désastreuses conditions de préparation de cette compétition « planétaire » qu’il convenait de ne pas politiser le sport. Au soir de la demie finale France-Maroc la politique était en effet ailleurs : un sommet européen se tenait sur notre continent. Qu‘importe ! Le sport dépolitisé avant tout : Emmanuel Macron demanda au chancelier allemand de le représenter lors dudit sommet ! Enfin, avant même la fin de la compétition, Jupiter emboîta le pas du président de la FIFA, éminente organisation mafieuse, en déclarant solennellement que le Qatar organisait une belle Coupe du Monde. Il espérait alors que la France allait conquérir sa « troisième étoile », tout comme les vingt millions de fans rivés à leur écran le soir de la finale. Il misait sans doute sur le fait que cette troisième étoile rendrait surtout plus facile la rude « bataille des retraites » qui l’attendait à la rentrée. Pas de politique ! Est-il besoin de commenter plus avant cette calamiteuse séquence ?

Le 1er Janvier, le Président de la République eut une chance de se racheter une conduite politique digne de ce nom. Encore aurait-il fallu qu’il décide d’aller à Brasilia pour la cérémonie officielle d’investiture du Président Lula. Alors que dix-sept de ses homologues se sont rendus au Brésil pour la circonstance notre Président préféra y déléguer un sous-fifre. Après les quatre années de la quasi dictature de Bolsonaro la présence d’Emmanuel Macron pour saluer le retour du Brésil vers la démocratie eut été plus qu’un symbole. Cela aurait eu assurément plus d’allure que la remise de la légion d’honneur au Maréchal Sissi responsable de la sanglante répression qui sévit en Egypte depuis des années. On a quand même bien le droit de choisir ses interlocuteurs ! Emmanuel Macron conclut l’année de sa triomphale réélection par les traditionnels vœux aux Français. Il y lança une affirmation proprement hallucinante : personne ne pouvait prévoir la crise climatique. Il précipita ainsi brutalement et pêle-mêle dans les oubliettes de l’Histoire le Sommet de la Terre tenu à Rio en… 1992, le protocole de Kyoto de 1997, la célèbre phrase de Jacques Chirac (la maison brûle et nous regardons ailleurs) prononcée en 2002 à Johannesbourg, la Cop 21 tenue à Paris en décembre 2015 et toutes celles qui la précédèrent ou la suivirent, tous les rapports du GIEC dont chaque nouvelle édition est plus alarmante que la précédente, la Convention citoyenne sur le climat organisée en France en 2020-21 et qu’il avait lui-même voulue, etc. Un homme dont le cerveau tourne rond peut-il au tournant de l’année 2023 proférer une pareille idiotie ? Lors du réveillon qui suivit Jupiter s’est peut-être fait sévèrement morigéner par Madame au point de ne pas oser s’envoler pour le Brésil le lendemain matin. Là-bas, l’Amazonie n’a pas fini de souffrir des innombrables incendies allumés par Bolsonaro qu’Emmanuel Macron avait pourtant un jour dénoncé dans un moment de franche lucidité.

On se souvient que lors de son ascension vers sa première «élection Emmanuel Macron se réclamait de la pensée du grand philosophe Paul Ricoeur qu’il avait du reste rencontrer. Nombre d’intélectuels et d’éditorialistes avaient à l’époque salué ce signe évident de culture qui laissait augurer des lendemains prometteurs pour notre pays. Pourtant, on cherche en vain depuis près de six ans dans la politique pratiquée par le prétendu disciple la moindre trace de la pensée du maître. L’élève a probablement lu en diagonale les ouvrages majeurs de Ricoeur. La diagonale du fou ironiseront les esprits les plus chagrins. Soyons plus sobres tout en restant dans la métaphore : le second quinquennat de ce Président tellement imprévisible va être long et pourrait le mettre « échec et mat » avant son terme. Les paris sont ouverts… Pour l’heure, nous sommes sûrs d’une chose : Jupiter va encore nous surprendre.


Yann Fiévet
Janvier 2023
yann
 
Messages: 356
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2023

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron