Une honte pour la démocratie

Modérateur: yann

Une honte pour la démocratie

Messagepar yann sur Dim 2 Fév 2020 22:46

« Une honte pour la démocratie ! »


Une honte pour la démocratie ? C’est en ces termes péremptoires que notre Président de la République a réagi à propos d’un évènement récent dont il fut la cible fortuitement choisie. Nous allons revenir sur l’incident, tellement cocasse par les circonstances dans lesquelles il se déroula, mais nous en profiterons pour aider M. Macron à éclaircir ces idées sur le concept de démocratie et le sentiment de honte que peuvent faire naître d’autres évènements dans le cœur de citoyens épris de justice sociale et pourtant si peu entendus. Et, qui sait, peut-être allons-nous découvrir que c’est la démocratie à la sauce macronienne qui est tout bonnement honteuse dans son entier.

Un soir de janvier dernier, M. Macron et Madame se rendirent au théâtre des Bouffes du Nord, situé dans un quartier plutôt populaire du nord de Paris. On y donnait une représentation de la pièce intitulée « La mouche » narrant les aventures d’un homme passant sa vie à tenter de mettre au point une machine à téléporter ses semblables. Hélas, pour le couple présidentiel une telle machine n’existe pas encore et il eut donc à subir l’évènement au lieu de pouvoir s’éclipser discrètement. Informés de la présence du couple prestigieux en ce lieu de culture un groupe d’individus, probablement sur la brèche des luttes sociales depuis des semaines, flairèrent là une aubaine, une occasion d’aller enfin causer de près avec leur Président. Ils pénétrèrent dans le hall du théâtre, y firent du bruit, tentèrent de s’introduire dans la salle où se déroulait le spectacle et furent alors interceptés. Rassurons-nous, M. Macron ne les a vu que de loin, le service d’ordre prévu pour les sorties, même distrayantes, du couple présidentiel a fait ce soir-là correctement son travail. On avouera sans grand effort qu’il n’y a pas là réellement matière à grand scandale. La cocasserie est plutôt de mise en la circonstance. Du reste, souvenons-nous qu’avant que Jacques Offenbach invente en 1855 l’opéra bouffe comme genre particulier de l’opéra-comique on parlait opportunément d’opéra bouffon !

Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron, fort bien remis de ses émotions, déroula le tapis rouge, Pour la troisième année consécutive, à deux cents patrons de firmes multinationales. Une escale appréciée sur la route qui les mène au traditionnel Forum de Davos où l’on cause abondamment pour savoir comment continuer de protéger encore la rente des Nantis et le système qui les sert. La grandiose cérémonie eut lieu, comme à l’habitude désormais, au château de Versailles. Baptisé « Choose France », ce sommet de la séduction tapageuse implanté dans un décorum très ancien régime, en plein mouvement social prolongé, n’aborda évidemment pas les questions qui fâchent : l’impact environnemental, social et fiscal réel des activités de ces firmes. Du reste, on apprit dès le lendemain du raout que la mise en œuvre de la modeste « taxe GAFA » était repoussée d’un an au moins. Une honte pour la démocratie !

En France, M. Macron, comme vous ne pouvez l’ignorer, le poids de la corruption et de la fraude fiscale est colossal. Cela coûte chaque année à notre pays 200 milliards d'euros. C’est ce que révèle Jean-Christophe Picard, Président de l’association Anticor, dans son livre « La Colère et le Courage » (1) qui a pour sous-titre « Plaidoyer contre la corruption, pour une République éthique ». Les petits arrangements politiques hors-la-loi, qui satisfont des « intérêts particuliers bien compris » au détriment de l’intérêt général, coûtent donc très cher à nos concitoyens. Ce coût énorme signifie des impôts et des taxes en plus, des prestations sociales et services publics en moins. Et, rien n’est sérieusement entrepris, pas plus aujourd’hui qu’hier, pour éradiquer cette gangrène. Une honte pour la démocratie !

M. Macron, votre trahison de l’intérêt général s’exprime de bien des manières, notamment par la vente des biens communs au plus offrant des marchands empressés. Ainsi, « Aéroports de Paris » est à vendre. Le fiasco de la vente de l’aéroport Toulouse-Blagnac à un affairiste chinois douteux, vente que vous avez supervisez ( !)lorsque vous étiez Ministre de L’Economie, ne vous a visiblement pas servi de leçon. La trahison s’exprime encore dans de curieux mélanges des genres. C’est ainsi que Total prévoit de construire le site de sa Direction Recherche et Innovation au sein de l’Ecole Polytechnique ! Du jamais vu : un projet de dix mille m² en plein coeur de l’école où s’installeraient 250 salariés de Total. Ce projet lierait irrémédiablement l’image de cette école publique, sous la tutelle du ministère des armées, à la multinationale pétrolière et gazière. Rappelons qu’en 2018, Total a financé la production d’hydrocarbures pour 9,2 milliards de dollars d’investissements contre seulement 500 millions dans le secteur “bas carbone” à savoir gaz (!) et renouvelables. A l’heure où la défense de l’intérêt général passe par la priorité mise dans la résolution de la crise climatique ce projet est insensé. Une honte pour la démocratie !

M. Macron, depuis quatre années le pays est troublé par de multiples mouvements sociaux. En effet, depuis la désastreuse « loi travail », que vous pilotiez en sous-main, la plupart des salariés ont compris plus ou moins précisément votre volonté farouche de soumettre le monde du travail à la loi d’airain du capital. La « réforme des retraites » est la réforme de trop. L’hôpital est en crise comme jamais, tout comme notre Ecole que nous avons peine à nommer encore républicaine. Tout l’échaffaudage de votre politique est facteur d’accroissement des inégalités à venir. La majorité de nos congénères en est désormais convaincue. Ils ne peuvent l’accepter. Ils veulent être entendus. Et, vous restez irrémédiablement sourd à leur désarroi. Mais, votre mépris hautain à leur égard ne vous suffit cependant pas. Vous faîtes donner en toute occasion sensible votre police qui alors matraque, éborgne, mutile ceux qui ont le grand tort selon vous de ne pas approuver votre manière de conduire le pays. Une honte pour la démocratie !

Oui, décidément M. Macron, c’est bien votre conception de la démocratie qui est ostensiblement honteuse.


Yann Fiévet
Janvier 2020


(1) Editions Armand Colin, janvier 2020.
yann
 
Messages: 324
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2020

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron